Filtrer par

Pyrite / Histoire et Formation - Mexico Obsidienne

Histoire / Formation / Mines

I - L'Histoire de la Pyrite

 

Tout d’abord sachez que la Pyrite tire son nom du grec « Pyr » signifiant le mot « Feu », et donc du terme grec « pyrítēs » qui lui correspond littéralement à « pierre à feu ». Ce nom a été attribué par un médecin grec du nom de Dioscoride en l’an 50. La raison de cette appellation vient tout simplement des étincelles que le minerai produisait lors d’un choc ou lorsqu’il était frappé avec du fer. Cette pierre a néanmoins été utilisée bien avant par les hommes, et ce lors de la préhistoire, puisqu’elle permettait de faire du feu.

 

Les indiens d’Amérique quant à eux profitaient des aspects réfléchissants de la Pyrite ce qui leur permettait de créer des sortes de miroirs. Les Incas avaient les mêmes usages de ce minerai, ils polissaient de grandes feuilles de Pyrite afin de confectionner des miroirs.

 

Lors de la ruée vers l’or, au milieu du 19ème siècle, elle fut surnommée « l’or des fous » vu qu’elle était régulièrement confondue par les mineurs et chercheurs d’or avec justement de l’Or. En effet, la Pyrite est une pierre dorée qui possède de légers reflets métalliques ce qui trompe facilement avec le métal précieux au grand désarroi des mineurs.

 

La Pyrite a également été souvent confondue avec un autre minerai qui n’est autre que la Marcassite. Par exemple, à l’époque de la Grèce antique, les bijoux qui étaient considérés en Marcassite étaient tout compte fait confectionnés en Pyrite. Et ce n’est que bien plus tard, en 1845, que le minéralogiste Wilhelm Karl Ritter von Haidinger distinguera les deux minerais et donnera le nom actuel de la Marcassite.

 

Au cours du 20ème siècle, la Pyrite fut utilisée pour la conception de soufre. En effet, on peut remarquer un sacré pic dans l’historique du soufre en 1985 puisque 18% du soufre mondial était issu de ce minerai doré. Aujourd’hui, ce chiffre a nettement baissé vu qu’il n’atteint plus que 8%, ce qui correspond environ à 6,6 millions de tonnes extraites par an. Pour l’anecdote, sachez que 90% de ce volume en tonnes provient seulement de Chine.

 

À l’inverse de minéraux comme l’Hématite ou encore la Magnétite, la Pyrite n’est pas utilisée pour concevoir de l’acier, et ce puisque son coût d’extraction est nettement plus élevé que ses confrères de minerais de fer.

 

II - Formation et Création

 

 

La formule chimique de la Pyrite est la suivante FeScorrespondant à la composition du disulfure de fer.

 

Cette pierre est une espèce qui est comme dit précédemment, dans l’onglet histoire, polymorphe de la Marcassite. De plus, elle peut contenir d’autres éléments chimiques tels que le Nickel, le Cobalt, l’Arsenic, le Cuivre, le Zinc, l’Argent etc…

 

La Pyrite est composée de cristaux de forme cubiques, dodécaédrique ou encore pyroédriques. Possédant de nombreuses faces pentagonales en son ensemble, un nom a été donné à cette géométrie, c’est la pyritoèdres. Constituée par l’imbrication de nombreuses formes géométriques, elle est considérée comme la pierre des esprits cartésiens, des architectes ou encore des mathématiciens.

 

Pour ce qui est de sa dureté, elle se situe environ entre 6 et 6,5 sur l’échelle de Mohs et cela varie selon son gisement d’extraction. En ce qui concerne sa densité, elle varie de 4,95 à 5,10.

 

Pour l’anecdote, sachez qu’à l’inverse de nombreuses pierres, la Pyrite a la particularité de se dissoudre sous acide nitrique. De plus, lorsque cette dernière est sujette à une forte température, elle va devenir.

 

III - Mines

 

 Il existe de nombreux endroits où l’on peut localiser de la Pyrite dans le monde.

 

Les principaux gisements se situent cependant en Italie à Rio Marina sur l’île d’Elbe où la Pyrite formée aura la particularité d’être associée avec de l’Hématite ou encore à Grosseto en Toscane. Mais aussi en Espagne, au Pérou, en Slovaquie, au Mexique avec le district de Sonara ou encore en Grèce avec la mine Cassandra etc… Le territoire français est également bien logis pour ce qui est de trouver en abondance de la Pyrite, et ce dans les départements du Rhône, du Gard, de l’Isère, d’Haute-Savoie, d’Ariège, de Pyrénées-Orientales etc...

 

De plus, la pyrite peut aussi être extraite de certaines météorites.

 

Ensuite, les Pyrites varient selon l’endroit où elles sont trouvées. La pierre est la plupart du temps opaque avec un éclat métallique de couleur jaune laiton allant jusqu’à jaune doré, néanmoins sur certains gisements elle peut être grisée avec des reflets métalliques. Par exemple, certaines pierres selon la localisation auront des stries sur leurs faces, on les nomme pyrites triglyphes. D’autres minerais peuvent présenter des sortes de « croix de fer » appelées macles. Il est même possible de découvrir de magnifiques fossiles pseudomorphosés en Pyrite. 

Histoire / Formation / Mines

Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Effectuez une nouvelle recherche